Ecrire à petits pas …

Parfois les logements sont exigus, les voisins trop proches. Parfois les connexions sont faibles, les images floues, le son épisodique. Parfois on voudrait un horizon. Parfois s'exprime la frustration … Éloigné des autres, on s'accroche à ce lien ténu du rendez-vous-hebdo-en-visio pour grappiller un peu de bonne humeur, dire encore notre sympathie mutuelle, entretenir la patience. Dans l'attente de jours meilleurs, on gravite cahin-caha, on partage.

Les premiers travaux n'ont pas pu être livrés en novembre : 3 groupes et 3 textes qui n'ont pas rencontré leur public.

Une lettre au Père Noël pour jouer avec la générosité - des enfants qui en ont montré tant - "parce que papa m'a expliqué que vous n'étiez pas très riche cette année". Un exercice auquel les petits compagnons se sont adonnés avec espièglerie.

Les jeunes acteurs de la compagnie "parlaient de poètes et d'écrivains qui font la route avec nous", parmi lesquels un talentueux auteur hongrois qui lutte en vain contre sa cleptomanie. Même lorsqu'il endosse le rôle de traducteur, il ne peut résister à "soustraire, avec une légèreté impardonnable" quelques biens immatériels, détournant les mots des autres pour se sentir encore un peu acteur de sa vie, quand tout lui échappe.

Un jeune ingénieur anglais invente une grosse machine capable de produire, en quelques instants, une œuvre littéraire. La "grande grammatisatrice" norme l'écriture, produit des contenus facilement appréciables du plus grand nombre, augmente les recettes du virtuel… et anéantit les artistes vivants. "Aujourd'hui, chacun se précipite pour signer le contrat et l'étau se resserre cruellement autour des écrivains qui refusent de se laisser faire" … comme une sorte de fatalité confinée à laquelle la troupe adulte est encore contrainte.

Merci aux Compagnons du Ressort qui ont consenti à quelque selfy pour témoigner de l'action dispersée de la Troupe : Elyes, Sandrabarka, Inaya, Olivia, Raphaël, Stina, Gabriel, Juana, Shaïna, Aude, Laura, Luc, Sophie, Eric Leslie, Thibaut, Dinorah, Rémi, Sarra, Cécile, Christine, Sophie.

Salut l'artiste ! Branimir  Scepanovic a disparu - écrivain serbe dont la Compagnie du Ressort a adapté deux œuvres : "La bouche pleine de terre" et "La mort de monsieur Golouja"… à (re)lire

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Retour vers l'Eden

Le comédien désincarné

De qui se défie-t-on ?